Les meilleurs récits de Amazing Stories, période 1926-1932

 Amazing Stories est la plus ancienne revue de science-fiction au monde. Elle a été publiée sans discontinuer depuis le mois d’avril 1926. C’est grâce à elle que la S.-F. a pu se constituer en genre littéraire séparé dans les années 30.

Cette anthologie vous propose des récits d’auteurs aujourd’hui encore célèbres, tel Abraham Merritt, ou injustement oubliés, tels Francis Flagg, Wallace West au le Dr Keller. Elle présente aussi le long récit de Philip Francis Nowtan à partir duquel fut créée la célèbre bande dessinée de science-fiction :
Buck Rogers et, XXVe siècle.

Jacques Sadoul nous prépare dès le début à ce que l’on risque de trouver à l’intérieur de l’ouvrage. Après avoir expliqué ses choix il nous explique que certains textes ont pu vieillir un brin depuis la période florissante des pulps
 
Les Êtres de l’abîme (The People of the Pit), Abraham Merritt, 1919
Sadoul nous précise en avant propos que Lovecraft doit peut être pas mal de chose à Meritt et il faut bien le dire cette nouvelle pourrait être incluses dans le Mythe constitué par le sois disant reclus de providence sans aucun souci. Agréable, cette histoire ouvre le recueil de façon très sympathique.
 
L’Arrivée des glaces (The Coming of the Ice), G. Peyton Wertenbaker, 1926
On arrive sur une des nouvelles qui pour moi a très mal vieillit, autant sur le style que sur les idées. Heureusement ça se lit vite et on passe à la suite.
 
La Guerre du lierre (The Ivy War), David H. Keller, 1930
Une nouvelle étrange mais envoûtante qui met en place un antagoniste à l’humanité plutôt singulier. la fin est traitée un peu rapidement mais l’histoire est très plaisante.
 
 Le Dernier Homme (The Last Man), Wallace G. West, 1929
Une nouvelle un peu étrange qui part en mode contre féministe mais qui ne s’en sort pas si mal au final. Les dangers de la sciences et de la perte de connaissances vont être au centre de l’histoire. Pas la meilleure nouvelle mais elle se lit.
 
Les Cités d’Ardathia (The Cities of Ardathia), Francis Flagg, 1932
Peut être l’histoire la plus longue du recueil, elle se déroule en deux parties et même en garde contre la course à la technologie sur fond de lutte des classes. Assez captivante on se laisse entraîner sans problème dans le récit.
 
Le Sous-univers (Out of the Sub-Univers), Roman Frederick Starzl, 1928
Et maintenant l’histoire la plus courte du recueil, plutôt agréable mais en aussi peu de page le traitement n’est pas approfondi. Ce n’est pas trop grave le thème est assez classique.
 
La Planète au double soleil (The Planet of the Double Sun), Neil R. Jones, 1932
Nouvelle un peu étrange mais néanmoins intéressante, encore une histoire qui m’a un peu fait penser à Lovecraft, par contre il ne faut clairement pas être un alien dans une novelle pulp. Même du bon côté de la barrière…

 

Armageddon 2419 après J.-C. (Armageddon 2419), Philip Francis Nowlan, 1928

Encore une longue nouvelle très centré sur les Américains. Cette histoire a quelques peu mal vieillit, mais dans l’idée reste intéressante. Même si c’est dans ce récit que j’ai retrouvé le plus de cliché pulp que je m’étais préparé à affronter (machisme, chauvinisme américain, peur de l’étranger etc.). Bref on termine l’ouvrage par la nouvelle la plus célèbre, mais aussi la plus stéréotypée.

Pour conclure j’ai trouvé dans ce livre quelques histoires vraiment agréables et qui méritent d’être connues. Si vous aimez les histoires d’aventure et les sciences étrange n’hésitez pas à vous y plonger.

si je devais faire un top trois je pencherais pour  Les Êtres de l’abîme, La Planète au double soleil et Les Cités d’Ardathia.

Bonne lecture.

Valkann

Élu des Internets, défenseur de la grande Trollerie, Gardien des Grands Anciens

%d blogueurs aiment cette page :