Les Sables du Temps

Aventures Egyptiennes

Nous avons fini par nous retrouver à Paris. Là, nous nous occupons chacun comme nous le pouvons tout en préparant le voyage vers l'Égypte. Jonas et Hopkins passent pas mal de temps en bar entre deux préparatifs tandis que, plus sérieusement, j'étudie les divers documents que nous avons pu sauver des ruines.

Le désert

 Les Sables du Temps

Hopkins fini trouver les différents ouvrages plusieurs informations utiles : Hauptman (et un certain Lang fu) ont créé "La Confrérie" en 1200 pour amener à l’avènement de "La Bête" avec l'aide de la NWI, renverser les gouvernements et surement faire beaucoup de choses peu réjouissantes. Jonas contacte Callaway de la Miskatonic qui a une expédition en Égypte pour trouver la tombe que nous cherchons. Il mettra sur place deux guides à notre disposition. Nous partons donc vers l'Égypte. Sur place nos guides sont deux jeunes gens sympathiques qui nous emmènent à l'hôtel en passant par les souks pour acheter des habits plus couleur locale (entendre par là : style colonial). Mais ils sont aussi porteurs de mauvaises nouvelles : le campement de fouilles est à environ 4 jours... En chameau. On nous propose donc de prendre des cours de chameau pendant quelques jours. Une seule tentative sur le dos de ces créatures du malin suffit à me faire comprendre que ces choses vindicatives et mal foutues ne se laisseront jamais diriger. Je choisis donc d'occuper mon temps productivement en lisant divers ouvrages qui me permettront de mieux comprendre ce que cherchent à faire nos adversaires. Quand je vois leur de promenades je comprends que je m'épargne beaucoup de souffrance. La suite me donnera raison, seul Jonas parvient plus ou moins à contrôler sa monture et je suppose que c'est parce qu'elle est de nature plus calme que les autres. C'est donc trois jours dans un désert suffocant sur des montures aussi désagréables qu’inconfortables que nous subissons. Le calvaire allait s'arrêter le jour suivant quand nous distinguons un nuage de poussière à distance : des bandits. Avec ces abominations qui nous servent de monture, la fuite est impossible, il doit s'agir de Kemahl, un bandit qui sévit dans la région. D'habitude il ne s'attaque jamais aux Occidentaux paraît-il, apparemment il a décidé de faire une exception. Jonas et Hopkins décident d'enterrer le fusil et l'argent dans le désert "pour les récupérer plus tard". Personnellement je me dis que les chances de récupérer mes biens sont plus élevées si je me les faits voler "à la régulière". Oui, à ce stade nous sommes résignés, ce n'est pas avec un seul fusil que nous allons résister nous nous rendons donc sans résister.

La capture

 Les Sables du Temps

Les bandits exécutent sommairement nos guides, nous dépouillent même de nos vêtements et du livre puis nous attachent derrière un cheval avant de nous faire marcher dans le désert. Le calvaire change d'aspect quand nous arrivons prêts de contreforts rocheux : on nous fait ramper dans un petit tunnel donnant sur un puits noir taillé à même la roche. Nous comprenons rapidement l'intention de nos kidnappeurs : ils veulent nous jeter dedans. En désespoir de cause, Hopkins se jette sur le bandit le plus proche, les mains attachés, il le renverse de tout son poids. Il se fait vite jeter dans le puits par ses compagnons mais Jonas qui avait rejoint la mêlée en se jetant littéralement sur l'homme à terre me fait gagner du temps pour ramasser un fusil. C'est à ce moment que le reste de la bande nous met en joue. Nous décidons soudainement que rester sur place compromet plus nos chances de survie que le saut dans un puits naturel dont on ne distingue pas le fond et nous sautons. Je tombe sur Hopkins qui amortit bien ma chute, conscient que Johnas arrive par-dessus, je roule sur le côté juste à temps pour éviter notre compagnon. J'ai mal partout, je suis fourbue par la marche sous le soleil, j'ai des coups de soleil sur l'intégralité du corps et, l'adrénaline du combat s'évaporant, je me permets un moment de relaxation. La relaxation est toute relative : nous sommes tombés sur un amas puant composé de parties dures et de parties molles. L'obscurité nous interdit de voir clairement de quoi il s'agit mais nous nous doutons bien que nous sommes tombés sur un charnier. La présence d'une multitude de corps en décomposition est probablement ce qui nous a sauvés de la mort. Nous entendons deux choses dans le silence : un chuintement venant de plus haut dans le puits et des gémissements provenant d'un peu plus loin dans l'obscurité. À tâtons nous faisons les tours du puits, c'est cylindrique, très sombre et sans issue. Hopkins trouve la source des gémissements, c'est un homme mourant qui demande qu'on le sauve. Hopkins pense que l'homme est sauvable, j'ai des doutes mais si le docteur pense qu'on peut le sauver on va éviter de l'achever. Du coup on se met en tête d'essayer de sortir de ce puits. On se dirige à l'oreille vers le chuintement venant du haut, on distingue une sorte de pénombre plus profonde, comme un trou. C'est assez haut, il va falloir faire une pyramide humaine, Hopkins fait la base, il est assez baraque et reste assez solide malgré notre aventure dans le désert. Je passe ensuite, parce que Jonas devra faire monter les autres (et que je n'ai aucune envie d'aller la première dans un tunnel étroit dans l'obscurité.

La grotte

 Les Sables du Temps

Nous réussissons donc à monter dans ce boyau minuscule, pendant tout ce temps le mourant nous supplie de l'emmener et nous maudit de le laisser. Comme si nous avons le choix nous avons déjà eu du mal à monter des personnes valides... J'avoue que ses suppliques et imprécations me mettent les nerfs à vif. Pendant un moment j'ai presque eu envie de lui lâcher une pierre dessus pour le faire taire. Mais nous ne l'entendons bientôt plus au fur et à mesure que nous progressons dans le tunnel. Je me racle le dos sur la pierre et finis par arriver dans une salle tout aussi sombre, le mur est humide mais impossible d'y boire, j'ai honte de le dire mais j'ai testé et léché le mur ne marche pas. Un couloir descend mais nous décidons maintenant que nous sommes dans un endroit moins putréfié de tenter de panser nos plaies, en prenant le soutien gorge comme pansement de fortune, nous constatons qu'il s'est gorgé d'eau au contact du mur et voilà tout le groupe nu comme des vers à essayer d'imbiber nos sous-vêtements d'eau contre le mur humide. C'est long mais nous finissons par obtenir quelques gorgées. Une fois (vaguement) abreuvés et (plus ou moins) pansés, nous trouvons un couloir taillé qui s'enfonce profondément. Nous le suivons jusqu'à ce que nous entendions des murmures lointains et voyons une lumière.... Nous approchons prudemment, au loin nous distinguons une scène fantomatique illuminée par la lueur de torches. Un homme semble mener une cérémonie encadrée par deux gardes à têtes de crocodiles équipés de kopesh. La cérémonie se conclut sur une mélopée et par le sacrifice d'un homme attaché sur l'autel. Malgré mes demandes, Hopkins n'intervient pas (c'est lui qui avait le fusil) et laisse se dérouler la scène. Au final tout disparaît, l'homme, les gardes, le sacrifié et les gardes. Une légère lumière provient d'affleurements cristallins sur le mur. La pièce est vide à l'exception du balcon où est apparue la vision. Un tunnel en partie éboulé semble partir de la salle. Nous étudions le balcon, l'autel et un petit obélisque, je passe un peu de temps pour essayer de comprendre ce qui est inscrit tandis que mes compagnons vont faire une reconnaissance dans le tunnel. Apparemment il s'agit d'un chant pour appeler une bête, ou la bête? Je ne sais pas trop, je note le chant dans mon esprit avec les autres pratiques occultes aux effets inconnus que je vais éviter de pratiquer et je rejoins mes compagnons dans le tunnel vers la sortie.

Le salut

 Les Sables du Temps

Mes compagnons n'ont décidément pas le sens de l'orientation, sinon ils auraient tout de suite repéré certains promontoires rocheux au loin. Nous quittons donc l'entrée du tunnel et nous voyageons vers ce qui doit être le camp de la Miskatonic. Le voyage du retour est épuisant mais au moins, nous échappons aux coups de fouets. Nous arrivons au moment de la prière du soir ce qui nous permet d'aller directement vers la tente du professeur Callaway. Ce dernier est en train de discuter avec des étudiants et un certain Katif qui paraît particulièrement choqué et soucieux de nous voir. De notre côté, nous avons à peine le temps de prendre conscience que nous sommes enfin en sécurité avant que la hargne et l'instinct de survie qui nous avait supportés jusque là nous quittent et nous nous effondrons. Nous nous réveillons bien plus tard, nous avons été soigné sur place, l'autochenille du camp étant en panne. Le professeur nous fait visiter le camp et nous explique qu'il a trouvé des tombes d'ouvriers mais pas celle de Nephrou ka. En regardant la carte nous nous apercevons qu'elle est fausse et que la tombe est plus au nord. Nous n'en soufflons pas mot pour autant. C'est suspect que nous soyons les seuls occidentaux à avoir jamais été attaqué. En plus ce n'est pas comme si nous donnions l'impression de transporter des richesses exceptionnelles.

La fouille

 Les Sables du Temps

Bref, nous avons trouvé Katif suspect, Jonas va fouiller sa tente pendant que je monte la garde et qu'Hopkins tente de réparer le véhicule (il a dû médeciner des véhicules à l'armée je suppose). Pendant que je monte la garde Katif fait mine de s'approcher de sa tente, je lui demande donc une visite du camp, tout en prenant soin de rester à faible distance. Cependant, au détour d'un petit rocher il me met un couteau dans le dos et m'indique qu'il souhaiterait que nous nous écartions du camp. Pour résumer ce qui suivra il suffit de dire sobrement que je me suis échappée. Katif était bien un traître. Finalement nous expliquons tout au professeur Callaway, le site de la tombe étant un peu plus loin, nous décidons d'y aller en premier accompagnés de plusieurs ouvriers et d'un assistant du professeur. Nous sommes encore à une demi-journée quand la nuit tombe. Nous montons un camp et instaurons des tours de garde, avec les bandits nous ne sommes jamais trop prudents. C'est pendant le tour de garde de Jonas que je suis réveillé par un coup de feu et des cris de panique. Je vérifie que le livre et toujours sous mon oreiller, je le prends avec moi, je ne voudrai pas qu'on me le vole à nouveau. Je sors de la tente pendant qu'Hopkins finit de s'habiller et là, je vois Jonas tirer sur des créatures volantes, la tente des ouvriers est éventrée et ils ont commencé à fuir. Je ne sais pas trop ce que sont ces choses et dans l'ombre je les distingue mal, ce n'est peut-être pas un mal. Hopkins nous a rejoints avec un fusil et commence à plomber une créature, on sent l'ancien soldat. Jonas de son côté finit par abattre la seconde créature in extremis avant qu'elle ne fasse... Je ne sais pas trop quoi mais je suis heureuse qu'il l'ait abattue à ce moment-là. Un ouvrier est mort, il a l'air complètement desséché. Nous l'enterrons à l'écart du camp sans montrer son corps aux autres ouvriers avant de terminer la nuit avec une garde doublée.

Le tombeau

 Les Sables du Temps

Le lendemain, c'est dans une ambiance lourde que nous arrivons à l'emplacement du tombeau, il est en partie enterré mais c'est probable qu'il a été recouvert récemment. Nous sommes rejoints par le gros des ouvriers plus tard dans la journée, Hopkins et Jonas inventent une histoire à raconter à Callaway pour expliquer l'attaque pendant que je me repose, les derniers jours ont été rudes. Les ouvriers travaillent d'arrache-pied et bientôt, la porte du tombeau est dégagée. Pendant que je me reposais, les rumeurs sur l'attaque de la nuit se sont répandues. Personne n'est très motivé par la perspective d'entrer dans le tombeau. Finalement c'est encore notre petit groupe qui se dévoue. Le tombeau est assez basique : un couloir principal mène à une porte, de chaque côté de la porte il y a de grands sarcophages. Nous faisons très attention, sortons le signe que nous avions trouvé dans le château en Transylvanie et entrons. Il y a un sarcophage au milieu de la pièce, probablement celui du prêtre, tout un trésor avec des bijoux en or, des vases et aussi quelques parchemins. Nous commençons à étudier la pièce et à nous intéresser aux parchemins quand nous entendons un grand fracas venant du couloir comme si des dalles en pierre tombaient au sol. Je commence à avoir vu pas mal d'horreurs diverses et du coup mes réflexes se sont aguerris : je cours ventre à terre vers la sortie. Au son de pas je suppose que Jonas me suit, mais pas Hopkins. Nous avons réussi à sortir mais à l'entrée lorsque nous attendons quelques secondes Hopkins n'arrivons pas. Jonas soupire, et retourne dans le tombeau une torche dans une main et un pistolet dans l'autre. Là, nous constatons que deux immenses momies à tête de crocodile se sont levées et ont coincé Hopkins dans la chambre funéraire. Visiblement, les pistolets ne servent à rien du coup Jonas fonce en hurlant comme un dément sur les créatures (ou alors j'ai considéré qu'il fallait être dément pour foncer dessus et il a hurlé de douleur quand il s'est fait éclater les os par les choses) la torche faisant suffisamment reculer les créatures pour qu'Hopkins puisse se glisser frénétiquement vers l'extérieur. J'agite une torche devant les momies dans l'espoir de les ralentir pour garantir la retraite de mes compagnons et je constate avec plaisir, bonheur et soulagement qu'elles ne nous suivent pas dehors.

Le repos

 Les Sables du Temps

Mes deux compagnons sont en piteux état : un médecin leur administre les premiers secours et j’ai craint pendant un moment que ce ne soit les derniers. On va amener l'auto tout terrain du camp principal en attendant ils me demandent d'y retourner, je trouve l'idée très conne mais ils se sont souvenu de la lettre envoyée à Katif décrivant une sorte de petit rituel à faire et dire avant d'entrer dans le tombeau. Aucun ouvrier ne veut entrer dans le tombeau. Callaway et ses assistants considèrent que c'est un peu notre trouvaille et que c'est à nous de faire les honneurs. Bref, ce campement est rempli de trouillards, allez, heureusement que le "sexe faible" est là... J'y retourne, les momies se sont à nouveau couchées dans leur cercueil, je fais le petit rituel funéraire pendant que Callaway fait le garde depuis le bout du couloir. Je récupère les parchemins précautionneusement, vu leur âge c'est très très long et vu la présence des momies juste à l’extérieur de la porte c'est très très stressant mais je ne peux pas laisser mes compagnons être m... S'être fait blesser pour rien. Finalement je ressors avec les parchemins et des photographies de tous les documents et gravures du tombeau. Peu de temps après l'auto est arrivé et on emmène mes compagnons à un hôpital du Caire. Ça c'est un vrai moyen de transport par opposition au chameau. On remarquera aussi qu'en l'absence de chameau, nous ne sommes pas accostés par des bandits, de là à dire qu'il y a un lien.... Bref, je monte la garde à leur chevet pendant qu'ils se rétablissent, je remarque d'ailleurs un moment la prolifération de personnel égyptien dans cet hôpital pourtant très occidentalisé. Je le signale à la direction (et la police) en rappelant notamment que nous avions été victimes de banditisme ciblé. La situation sera vite réglée et nous n'aurons pas d'autres soucis d'ici leur rétablissement.

Valkann

Élu des Internets, défenseur de la grande Trollerie, Gardien des Grands Anciens

%d blogueurs aiment cette page :