Souffrez petits enfants

Paul Lemond venait de nous envoyer une invitation à une séance de spiritisme. Par nous j’entendais la Nightmare mais j’aurai aussi bien pu dire Jonas et moi. Oz et Hopkins étaient assignés à résidence le temps que la plainte des voisins suite à la dernière expérience de Solomon soit étudiée.

Brigitte et Morgendurf étaient occupés l’une à rédiger des contrats, l’autre à tenter de prouver une infidélité quelconque.
Jonas réserve donc des billets pour le vendredi. Le jour du départ, je le vois se pointer avec un étui à violon. En entendant le cliquetis de bouteilles, je me dis qu’il ne s’est vraisemblablement pas découvert une passion pour la musique… Nous embarquons, le train se passe et nous arrivons à New York, là, nous nous rendons au point de rendez-vous pour attendre le bus qui devra nous amener au trou perdu où aura lieu la séance. Le nouvel impresario de Paul nous prend en charge, nous serons en petit groupe : il y aura Carrington l’ami de Paul, Cecilia jeune médium de son état, Gaël qui fait un peu penser à un mafioso, a une cicatrice comme tout bon mafioso, parle comme un mafioso et boit comme un mafioso irlandais (c’est un mafioso).
Tout le petit monde embarque dans un bus privé à destination d’un petit village perdu. Apparemment Carrington a hérité d’une maison sur place, cette maison a la réputation d’être hanté et s’il veut pouvoir la vendre après l’avoir retapé il faudra faire cesser la rumeur. C’est pour cela, qu’avec Paul, ils vont faire une petite séance de spiritisme.

Le voyage

OUIJA_by_Lustbel-500x350 Souffrez petits enfants

Dans le bus, nous avons quelques discussions sporadiques. Jonas un peu lourd empoisonne le mafioso au sujet de l’origine de sa cicatrice, on sent une certaine tension. Les deux hommes finiront tout de même par trouver une passion commune qui les rapprochera et leur permettra de surmonter ce premier a priori négatif (ainsi que le fait que la mafia de New York avait déclaré Jonas persona non grata dans la ville) : l’alcool. Bref, nous arrivons en début de nuit, une cuisinière patibulaire du nom de Martha nous a précédés pour faire un minimum de ménage. Il faut insister sur la notion de minimum, la maison était inhabitée depuis 30 ans. Nous nous installons dans les chambres, j’en partagerai une avec Cecilia tandis que Gaëlle dormira dans le salon et Martha dans la bibliothèque.
Le temps que nous fassions tout ça, Lemond et Cecilia ont décrété qu’il serait pertinent de tenter une séance de spiritisme vers minuit. Nous avions besoin d’un objet cher au fantôme, nous avons trouvé une boîte à musique ayant appartenu à la grande sœur de Carrington qui s’était suicidé dans cette maison alors qu’elle avait 7 ans. Réunis dans le salon, nous faisons un cercle, Paul entre en transe et parle avec une petite voix. Nous avons bien réussi à contacter Jenny, elle a l’air un peu perdu, elle nous explique que de son vivant elle jouait beaucoup avec son ami qui s’amusait à ouvrir la boîte à musique, mais elle est rapidement saisie de peur : « Elle arrive, elle vient me chercher, laissez-moi partir! » Supplie-t-elle alors que nous entendons des bruits de pas provenant d’une chambre à l’étage et commençons à descendre les escaliers. La pièce se refroidit « laissez-moi partir! » crie la petite fille frénétiquement alors que les bruits de pas proviennent de l’autre côté de la porte. Je lâche la main de mon voisin et romps le cercle. Paul respire, les bruits de pas s’arrêtent…

L’apparition

No_more_by_TazzyDee-500x350 Souffrez petits enfantsTout le monde s’enquiert de la santé de Paul et commence à émettre des hypothèses. Bien sûr, personne n’est motivé pour aller ouvrir la porte… Je sais, je sais, c’était un peu pareil dans la cave avec Oz mais il semblerait que je sois la seule un peu courageuse. J’ouvre la porte du salon tandis que tout le monde semble faire soigneusement attention à ignorer les bruits de pas et leur provenance.

Dans le couloir, il y a une silhouette, une silhouette de femme. L’air est glacial, et tandis que je la fixe, la silhouette se précise, elle est richement habillée dans la mode du 17ème. Elle me parle : « Je me nomme Katherine. Le rejeton du diable est dans cette maison, j’ai besoin de votre aide pour le détruire. » je ressens alors la véracité dans ses paroles ainsi que le mal qui imprègne cette maison. Tandis que la sensation disparaît, elle remonte dans la chambre du premier et disparaît à travers la porte.
J’appelle les autres, tout le monde écoute mon récit et nous décidons d’appeler le fantôme de Katherine en nous servant de cette pièce comme focus.
Avant de faire cette invocation, Jonas et Gaëlle décident d’explorer la dernière pièce qui était fermé à clef, au fond de la cave. Jonas prend la hachette et défonce la porte. Derrière il n’y a que des poteaux de soutènement dans lequel est enfoncé un clou. Le clou saigne….

Un peu choqués et ne trouvant pas d’explication tant rationnelle qu’irrationnelle au saignement nous remontons à l’étage et, pleins d’appréhension à l’idée d’invoquer Katherine.
Nous invoquons donc Katherine tandis que la température devient glaciale, et commençons à lui poser des questions. Elle s’appelle Katherine Tannerhill, selon elle, le rejeton du diable et dans la maison, nous l’interrogeons sur le clou qui saigne, selon elle il sert à contenir le démon. Nous l’interrogeons sur Jenny, selon elle connais l’enfant du démon. Bon nombre de nos questions restent sans réponse et au final nous ne sommes pas beaucoup plus avancés. Lemond est épuisé et nous décidons tous d’aller nous coucher.
Avant d’aller nous coucher, Jonas feuillette un peu la Bible qu’il a trouvée dans le couloir. Dedans, il y a des notes écrites par plusieurs personnes: parlant du mariage de Quentin et Katherine Tannerhill, de « l’adoption de Luther Tannerhill né Lee, du commencement de la purification et de la destruction du rejeton du diable, une autre écriture indique « ma bien-aimée Katherine est morte de froid » puis une troisième reprend: « le rejeton du diable est revenu dans la maison », « le rejeton de Satan est mort dans le sang et la honte. Mon Dieu qu’ai-je fait ? ». Les dates devant la troisième écriture coïncident avec la période pendant laquelle les Carrington occupaient la maison. Nous décidons d’enquêter au village demain et notamment de compulser les registres de l’église au sujet de Lee et puis nous allons nous coucher.

L’apparition

cry_by_sergio08-d30fnit-500x350 Souffrez petits enfants

Je suis réveillée au cours de la nuit, il s’agit de légers sanglots. Alertée, je sors ma fidèle lampe-torche (que Gaël et Jonas m’envient depuis qu’ils ont commencé à explorer la demeure) et je sors prudemment de la chambre. Je constate que Jonas sort lui aussi de sa chambre pour voir de quoi il en retourne. Les pleurs viennent d’en bas, nous descendons prudemment à la lumière de la lampe-torche. Gaël est là, réveillé, il regarde avec appréhension la porte du salon d’où proviennent les gémissements et les pleurs. Je donne la lampe à Jonas pour qu’il passe en premier, suivi du mafioso, nous pénétrons précautionneusement dans le salon, Jonas et moi avons sorti nos Zippo pour nous éclairer. Nous lorgnons maintenant vers la trappe menant à la cave, c’est de là que proviennent les bruits… Peu rassurés par l’idée de descendre dans cette cave avec un clou saignant de nuit, nous nous motivons tant bien que mal en nous accusant les uns les autres d’être des trouillards. Finalement nous descendons dans le même ordre, Jonas après avoir descendu quelques marches se baisse comme pour apercevoir quelque chose et à ce moment, la lampe s’éteint! Nos Zippo sont soufflés! Nous n’arrivons pas à les rallumer, nous rebroussons chemin tandis qu’un cri déchirant jaillit de la cave. À l’étage des cris retentissent aussi… Ça y-est, c’est la panique!

Dès que nous arrivons dans le salon, nous réussissons à rallumer. Nous décidons de commencer par voir la source des cris dans la cave. Précautionneusement, Jonas descend et voit… Martha la cuisinière. Attirée par les pleurs elle a pris peur en entendant les cris. Tandis que nous la raccompagnons vers la bibliothèque où elle s’enferme à double tour, nous décidons d’aller voir l’origine des cris en haut. Nous n’entendons plus un bruit… Nous montons lentement en tendant l’oreille et entendons des sanglots qui viennent de ma chambre. Apparemment Cecilia, les nerfs un peu à vif suite à l’invocation de fantôme avaient pris peur en se réveillant seule en entendant le hurlement en bas. Bon, nous sommes dans l’ensemble plutôt soulagés même si nous ne savons toujours pas d’où viennent les pleurs d’enfants que nous avons entendu…
L’heure avancée nous pousse cependant à nous remettre au lit.
Le lendemain, nous sentons que le petit déjeuner de Martha est moins inspiré que le diner de la veille. Après avoir plus ou moins tiré Jonas du lit. Gaël, moi l’impresario et Cecilia partons dans le village avec le petit bus. Tandis que les autres vont interroger les villageois, nous nous rendons à l’église, visiblement Gaël n’aime pas trop les anglicans, du coup, je ferai la conversation.

Valkann

Élu des Internets, défenseur de la grande Trollerie, Gardien des Grands Anciens

%d blogueurs aiment cette page :